chambres d'hôtes puisserguier hérault
wpa7521019.png

Claudine RIVA 37 chemin de Montfaucon 34620 PUISSERGUIER

Tél./Fax : 04.67.93.85.01. Port : 06.89.83.31.74. Courriel : puisserguier@sfr.fr

Le Four à Chaux

34620 PUISSERGUIER

Chambres d’hôtes    

Ouvert à l’année

wp2a3b5242.png
wp7dedbae6.png

Âge du Fer          

    Une nécropole exceptionnelle pour percer les mystères

2800 avant notre ère

lors de travaux réalisés en 2003 en vue de la création d'une zone d'activités économiques sur le territoire communal, une nécropole datant de l'âge de fer est mise à jour, en bordure de la RN112, en direction de Béziers.

La découverte exceptionnelle d'une nécropole datant d'au moins 900 ans avant Jésus-Christ, dans le petit village de Puisserguier (Hérault), permettra peut-être aux archéologues de percer les mystères de l'âge du Fer.

 

Cette nécropole comprend plus de 250 tombes, toutes dans un remarquable état de conservation. Elles sont de forme circulaire pour la plupart et rectangulaires. Certaines tombes contenaient des objets : fibules, broches, rasoirs, urnes funéraires contenant des cendres humaines...

Ce site offre en effet des observations inédites sur la population paysanne que formaient les communautés indigènes du Languedoc vivant dans le sud de la Gaule avant le début de la colonisation grecque.

À l'époque, la nécropole était située au centre du "village" et ses habitants gravitaient autour, détruisant leurs habitations chaque fois que les terres n'étaient plus assez productives pour nourrir la population, avant d'aller s'installer sur un autre puèg (colline en occitan) pendant trois ou quatre générations. Et ainsi de suite jusque vers 500 avant notre ère.

Au fond de chaque fosse se trouve un vase ossuaire, contenant les restes d'un défunt, entourés de ses effets personnels (petits couteaux, bijoux…), ainsi que des poteries déposées en offrande, véritable vaisselle funéraire.

Utilisée sans interruption du IXe à la fin du VIIe siècle avant J.-C., cette nécropole à incinération rassemble, sur près de 3 000 m2, des tombes d'adultes qui retracent huit générations de pratique funéraire.

 

 

 

À l'issue des fouilles, la question de la conservation de la nécropole entraîna de nombreux débats.

Certains vestiges, exhumés lors des fouilles, seront visibles dans les locaux de la Communauté de communes entre Lirou et Canal du Midi (à Puisserguier) et dans un futur musée prévu sur le territoire de la commune de Cruzy et Quarante (avec en outre les collections du musée des dinosaures de Cruzy).

A l’heure actuelle, les fouilles ont été recouvertes pour permettre l’installation de la zone artisanale initialement programmée.